Chine 4D
Dialogue, Diversité, Dynamisme et Durabilité

Accueil > Réflexions & débats > Articles > Le Monde 31/5/11 (extrait) : la soif de visibilité

Le Monde 31/5/11 (extrait) : la soif de visibilité

dimanche 6 janvier 2013, par administrateur

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2011/05/31/communaute-asiatique-en-france-la-soif-de-visibilite_1529971_3224.html

A la Une > Société

Enquête

La soif de visibilité

| 31.05.11 | 14h54 • Mis à jour le 31.05.11 | 14h54

C’est un mouvement sans tapage qui prend tout doucement forme au sein de la communauté asiatique de France. Son affirmation est encore marginale. Ses ambitions sont mi-politiques, mi-identitaires. Mais à force d’observer des personnalités d’origine maghrébine ou africaine, comme l’ancienne garde des sceaux Rachida Dati ou l’ex-ministre des sports Rama Yade, gagner en visibilité au nom de la "diversité", tout un petit monde hétéroclite d’origine chinoise, cambodgienne ou vietnamienne s’active avec l’idée qu’il devrait en être de même pour les "Asiatiques". Pour une communauté jusqu’à présent convaincue de devoir une partie de sa réussite à sa discrétion, c’est là un vrai virage.

.....
Parmi les protagonistes de ce mouvement naissant, l’un des rares à avoir déjà acquis une certaine notoriété est Chenva Tieu, trésorier et cofondateur du Club XXIe siècle, le club des élites issues de la diversité.

Le 16 février, il a été promu secrétaire national chargé des relations avec l’Asie de l’UMP et cela le ravit.

Depuis peu, M. Tan travaille aussi au rassemblement de cadres d’origine chinoise - certains naturalisés français, d’autres non. Un soir de printemps, dans un restaurant parisien qui cuisinait des spécialités de la province du Guangxi, au sud de la Chine, dix d’entre eux sont venus expliquer leur démarche. Il y avait Syan Zhou, 48 ans, élégante experte nucléaire au département stratégie prospective d’EDF, Xiaolong Kong, 35 ans, jeune ingénieur en développement à France Télécom, ou encore Xiaoping Guo, chargée des grands comptes à la banque HSBC.

Avec leur langage très policé, ils assurent se sentir frustrés de ne pas pouvoir "mieux participer à ouvrir de nouveaux horizons aux entreprises françaises en Chine". Une façon de dénoncer une "discrimination" à l’emploi, même s’ils rechignent à employer le terme. "Nous aussi, à partir d’un certain niveau nous subissons le plafond de verre !", a déploré Mme Zhou. Elle habite en France, comme les autres, avec conjoint et enfants, depuis plus de dix ans.

En cause, selon ces élites, les préjugés et la méfiance des Français vis-à-vis de la Chine. "Dans les médias, c’est toujours soit les soupçons d’espionnage, soit le travail illégal !", regrette l’un d’eux. "Quand on regarde le classement Fortune 500 aux Etats-Unis, on voit qu’il y a plein de dirigeants d’origine étrangère, ce n’est pas le cas dans le CAC 40 !", déplore un autre. Leur association devrait s’appeler Chine 4D comme dialogue, diversité, dynamique, durabilité.

P.-S.

Souce : Elise Vincent Article paru dans l’édition du 01.06.11

Répondre à cet article

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © freelayouts sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License